Actualités

16/01/2015 PROFIL > Acheteur

Les nouvelles priorités d'achats pour 2015 selon HEC et le cabinet Agile Buyer

Selon une étude menée par le  cabinet de conseil en achats Agile Buyer et le groupement achats et supply chain de HEC, la réduction du coût pour les acheteurs et du nombre de fournisseurs sera au centre des nouvelles priorités d'achats pour l'année 2015.
Les services d'achats ont plusieurs enjeux : réduire les coûts, veiller à la qualité et à la sécurité des approvisionnements et favoriser l'innovation. Or le contexte de rationalisation des organisations est une difficulté supplémentaire dans l'accomplissement des objectifs des acheteurs.

Selon l'étude, la priorité de la baisse des dépenses indiquerait le niveau de défiance du secteur. Les entreprises concernées par cette priorité seraient davantage les industries de sinistrés que les banques et assurances.
Les acheteurs tiennent néanmoins à respecter leur objectif de qualité et de sécurité d'approvisionnement. C'est pourquoi, ils se détournent des pays «  ateliers du monde » tel que la Chine, le Bangladesh ou l'Inde. Selon l'enquête, seulement 2% des acheteurs ont été missionnés dans ces pays par leurs supérieurs afin de réduire leurs coûts d'achats. Leur but serait plutôt de stabiliser leurs  coûts plutôt que de les réduire en achetant  low cost. Les industries du textile et de la métallurgie déclarent à nouveau la nécessité pour eux de produire dans les pays à bas coût afin de rester compétitif.

Les objectifs en matière de Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) pour le développement durable et le « Made in France » seront mis au second plan en 2015 au profit de l'objectif  « meilleur rapport qualité/prix ». En effet, moins d'un acheteur sur six serait intéressé par les objectifs « Made in France ». Le problème des acheteurs n'est pas de s'approvisionner en France, mais plutôt de l'indisponibilité des produits désirés.

Par rapport au RSE, seulement 45% des sondés expriment avoir un programme professionnel lié à cette cause. L'efficacité des achats « green » n'est pas encore démontrée, bien que cela reste un argument commercial pour les secteurs B to C.

Enfin, malgré des règles contraignantes, un acheteur sur deux ne respecte pas les délais de paiements envers ses fournisseurs. Cette situation étant pourtant très pénalisante pour les PME qui voient parfois leur survie en dépendre.