Actualités

23/02/2015 PROFIL > Chef d'entreprise

Les dirigeants privilégient la pérennité de leur activité mais peu d'entre eux envisagent de céder leur entreprise à un salarié

L'étude du cabinet d'avocat d'affaire Fidal sur la transmission d'entreprise publiée le 27 janvier dernier, montre que la majorité des dirigeants seraient préoccupés par l'avenir et la pérennité de leur entreprise. Toutefois, ils seraient seulement 9% à envisager de céder leur société à un salarié ; en raison d'obstacles majeurs.

En effet, les dirigeants des ETI ou petites entreprises seraient impliqués et conscients de leurs responsabilités économiques et sociales. Pour 60% de ces entrepreneurs, le profil du repreneur idéal serait une personne qui maitrise les rouages de cette fonction, pour 1/3  il s'agirait d'un membre de la famille, enfin pour 21% il s'agirait d'une personne issue du métier.

Par ailleurs, 44% des chefs d'entreprises estimeraient que le poids de la fiscalité, la complexité des régimes juridiques et fiscaux constituent  les principaux  freins à la cession d'entreprise.

Selon l'enquête 15 % des disparitions des TPE et PME proviendrait de transmissions mal préparées.

Enfin, cette étude révèle que 41% des dirigeants n'ont pas mis d'action pour assurer la pérennité de leur entreprise en cas de force majeure : un décès, une incapacité ou un divorce.  Certaines formalités peuvent éviter des conflits entre héritier tel que le mandat à effet posthume mais ce dispositif n'a été mis en place que par 0,6% des sondés.