Logo Greffe

Greffe du Tribunal de Commerce de DOUAI

 
 
 
 

Coordonnées

66 RUE ST JULIEN
BP 829
59500 DOUAI CEDEX
Tel : 03 27 96 17 43
www.greffe-tc-douai.fr

Greffiers

Maître CHAUTEMPS Jean-Christophe
Maître THOQUENNE Olivier

Horaires d’ouverture

9h30 à 12h/13h30 à 16h

 

Accédez au site du greffe

www.greffe-tc-douai.fr


Site

Actualités locales du greffe

Le projet de loi Pacte prévoit la création d’un registre dématérialisé des entreprises et d’un guichet unique électronique. Par ailleurs, il relève les seuils de certification légale des comptes et consacre la notion d’intérêt social.L’heure de l’examen du projet de loi Pacte (plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises), lancé en octobre 2017 et présenté en conseil des ministres le 18 juin dernier, a sonné ! Détaillant l’ensemble des mesures visant à relever le défi de la croissance et de la transition des entreprises, le projet de loi du 19 juin 2018, passé de 31 à 73 articles, contient pêle-mêle de nombreuses dispositions relatives aux entreprises (Projet de loi AN n° 1088, 19 juin 2018).Le texte du projet, en son état actuel, est d’abord le résultat d’une méthode, celle du choix de la démocratie participative. Il est issu d’une première phase de consultation publique et fructueuse, puisqu’en 3 semaines 12 800 contributions ont été recueillies. Le second temps, celui de l’élaboration de la loi, est plus fermé puisqu’une partie de loi sera prise par ordonnances dans des délais à géométrie variable à compter de la publication de la loi. Le choix du recours aux ordonnances pour le temps long s’explique par la volonté d’ordonner et de rationaliser.Passé au crible du Conseil d’État (CE, avis, 14 juin 2018, nos 394.599 et 395.021) et soumis ce mois-ci à l’examen de l’Assemblée nationale, le texte contient des mesures multiples en direction des entreprises et des sociétés destinées à les libérer et à repenser leur place dans la société.Libérer les entreprises des formalités et des coûtsCe qui domine à la lecture du projet de loi est une volonté de libérer les entreprises des formalités et des coûts générés par les obligations légales et réglementaires instituées au fil du temps.●   Créer un registre dématérialisé des entreprisesEst prévue, par voie d’ordonnance prise dans un délai de 2 ans, la création d’un registre dématérialisé des entreprises destiné à centraliser et diffuser les informations les concernant, simplifier les obligations déclaratives et les modalités de contrôle des informations déclarées (Projet de loi, art. 2).Remarque : ce registre n’ayant pas vocation à se substituer à l’ensemble des registres et répertoires existants, le Conseil d’État estime que l’appellation « registre unique » initialement proposée par le gouvernement est trop ambiguë pour être maintenue. Il y substitue celle de « registre général » (CE, avis, 14 juin 2018, précité).●   Substituer aux différents réseaux de CFE un guichet unique électroniqueActuellement, il existe 1 400 centres de formalités des entreprises (CFE), sans compter les sites informatiques (www.infogreffe.fr, www.lautoentrepreneur.fr etc.). Il peut donc être difficile pour les déclarants d’identifier le CFE dont ils relèvent. C’est pourquoi le projet de loi Pacte prévoit de substituer aux différents réseaux de CFE un guichet unique électronique, avec une entrée en vigueur différée au 1er janvier 2021 (Projet de loi, art. 1er).Remarque : selon le CNGTC, la profession a depuis plus de 15 ans mis à la disposition des entrepreneurs un outil, largement utilisé, permettant de procéder à leurs formalités de manière dématérialisée (www.infogreffe.fr). C’est la raison pour laquelle la profession a proposé, dans le cadre du guichet unique dématérialisé, de mettre à disposition son outil qui permettra aux entrepreneurs de bénéficier d’un système fiable, sécurisé et reconnu par tous. Le Conseil national a attiré l’attention des pouvoirs publics sur le fait que la création de ce guichet unique ne doit pas pour autant priver les entrepreneurs de l’accueil physique dont ils bénéficient au quotidien dans les 134 greffes, ne serait-ce que pour pallier la fracture numérique au sein des territoires.●   Moderniser, simplifier et baisser les coûts des annonces légalesLe projet de loi modifie la loi n° 55-4 du 4 janvier 1955, concernant les annonces judiciaires et légales, afin d’ouvrir aux services de presse en ligne, au sens de l’article 1er de la loi n° 86-897 du 1er août 1986, portant réforme du régime juridique de la presse, l’habilitation à publier des annonces judiciaires et légales, actuellement réservée aux publications de presse (Projet de loi, art. 3). Il maintient la condition d’inscription à la commission paritaire des publications et agences de presse et remplace la condition imposant aux journaux de ne pas consacrer plus des deux tiers de leur surface à la publicité, par une condition tenant à ce que la publication de presse ou le service de presse en ligne n’ait pas pour objet principal la diffusion de messages publicitaires ou d’annonces. Un décret devra préciser les conditions dans lesquelles cette condition sera appréciée (L. n° 55-4, 4 janv. 1955, art. 2, mod.).   Le projet de loi ouvre aux ministres chargés de la communication et de l’économie la possibilité de fixer un tarif forfaitaire pour certaines catégories d’annonces, alors qu’aujourd’hui le tarif est fixé à la ligne. Il prévoit, par ailleurs, un tarif d’annonce commun aux publications de presse et aux services de presse en ligne.Remarque : le Conseil d’État n’y voit pas d’obstacle dès lors que le projet de loi précise que ce tarif intègre progressivement les économies rendues possibles par la numérisation (CE, avis, 14 juin 2018, précité).●   Supprimer l’obligation d’ouvrir un compte bancaire pour les micro-entrepreneurs en début d’activitéL’article L. 133-6-8-1 du code de la sécurité sociale oblige les micro-entrepreneurs à ouvrir, au plus tard 12 mois après la déclaration de la création de l’entreprise, un compte bancaire pour l’exercice de l’ensemble des transactions financières liées à leur activité professionnelle. Le projet supprime une telle obligation à destination des micro-entrepreneurs dégageant un chiffre d’affaires annuel inférieur à 5 000 euros (Projet de loi, art. 12). Il prévoit également que l’obligation ne s’appliquera qu’après dépassement de ce seuil pendant deux années civiles consécutives.Remarque : le Conseil d’État relève que l’obligation d’ouvrir un compte bancaire dédié n’est actuellement pas sanctionnée et qu’une grande partie des micro-entrepreneurs semble en ignorer l’existence et ne s’est pas conformée à cette obligation. Il juge que dans ces conditions, il pourrait être envisagé de la supprimer.●   Radier des fichiers, registres et répertoires les entrepreneurs individuels en cessation d’activitéL’article L. 613-4 du code de la sécurité sociale pose, en l’absence de chiffre d’affaires ou de recettes ou de déclaration de chiffre d’affaires ou revenus au terme de deux années civiles consécutives, une présomption de cessation de l’activité à l’endroit du travailleur indépendant, de sorte que, sauf opposition de sa part, celui-ci est réputé ne plus exercer d’activité professionnelle justifiant sa radiation par l’organisme de sécurité sociale concerné.Toutefois, cette radiation n’entraîne pas pour l’heure celle des autres immatriculations ou déclarations, requises notamment par le code du commerce (pour un commerçant ou artisan, par exemple assujetti à une immatriculation obligatoire), puisqu’actuellement la loi requiert qu’une simple information soit adressée par l’organisme de sécurité sociale aux autres administrations et institutions intéressées.A cette fin, le projet de loi prévoit qu’une telle radiation emporte de plein droit la radiation des fichiers, registres ou répertoires tenus par les autres organismes destinataires des informations relatives à la cessation d’activité de l’entrepreneur individuel en application du nouvel article L. 123-33 du code de commerce proposé (Projet de loi, art. 11).●   Relever les seuils de certification légale des comptesEn vue de se mettre en conformité avec la directive 2013/34/UE du Parlement européen et du Conseil du 26 juin 2013, le projet de loi relève les seuils à partir desquels une société commerciale est soumise à l’obligation de désigner un commissaire aux comptes (CAC), lesquels seraient fixés par décret : 4 millions d’euros de bilan, 8 millions d’euros de chiffre d’affaires et 50 salariés.Seuls certains groupements sont soumis à un contrôle légal des comptes (C. com., art. L. 612-1 et L. 612-4), parmi lesquels les sociétés commerciales selon des modalités différentes. Ainsi, les sociétés anonymes et les sociétés en commandite par actions sont tenues de désigner un CAC dans tous les cas (C. com., art. L. 225-7 et L. 226-6). A la différence, les autres formes de sociétés commerciales ne sont tenues à cette obligation que lorsqu’elles dépassent une certaine taille. Parmi celles-ci, les sociétés par actions simplifiées (SAS) sont soumises à des seuils plus bas (C. com., art. L. 227-1) que les sociétés en nom collectif ou sociétés en commandite simple pour la désignation d’un CAC (actuellement fixés à 1 550 000 euros de total de bilan, 3 100 000 euros de chiffre d’affaires HT et 50 salariés) tandis que la présence de ce dernier est obligatoire dans une SAS dès lors que la société est liée à une autre par un lien de contrôle (C. com., art. L. 227-9-1).Le projet prévoit une harmonisation des conditions de nomination des CAC resserrées autour du franchissement par la société ou par le groupe de deux des trois seuils fixés pour éviter qu’un groupe n’échappe à toute obligation de certification des comptes par une structuration en plusieurs entités de petite taille. Il en règle les conséquences. D’une part, il modifie l’article L. 226-6 du code de commerce en indiquant que l’assemblée « peut » désigner un ou plusieurs CAC, cette désignation devenant obligatoire en cas de dépassement de deux des trois seuils prévus en la matière. D’autre part, il supprime la phrase de l’article L. 225-7, alinéa 2 du code de commerce selon laquelle l’assemblée générale « désigne un ou plusieurs commissaires aux comptes » et procède à une modification de l’article L. 225-228 du code de commerce afin de préciser que les SA sont tenues de désigner un ou plusieurs CAC en cas de dépassement de deux des trois seuils prévus en la matière ou à la demande d’un ou plusieurs actionnaires représentant au moins 10 % du capital social. Enfin, il supprime le cas spécifique de désignation des CAC dans les SAS (Projet de loi, art. 9). Par ailleurs, le projet  règle la question de l’application dans le temps de ces nouvelles règles ce qui n’avait pas été prévu par la loi n° 2008-776 du 4 août 2008 de modernisation de l’économie dite « LME » en son temps en précisant que les mandats en cours se poursuivront jusqu’à leur échéance.Remarque : le projet de loi réduit l’efficacité du dispositif de prévention des entreprises en difficulté dès lors que le CAC dispose d’une obligation d’alerte, laquelle s’est vue renforcée depuis la loi n° 2016-1547 du 18 novembre 2016 (C. com., art. L. 234-1, L. 234-2 et L. 612-3). Il faut cependant considérer que la libéralisation initiée est encadrée par l’article L. 823-12-1 du code de commerce qui prévoit toujours que les CAC appliquent « une norme d’exercice professionnel » spécifique dans les SNC, les SCS, les SARL et les SAS qui ne dépassent pas certains seuils. Il reste au Haut conseil du commissariat aux comptes à définir, dans le cadre de sa compétence normative en matière d’exercice professionnel, les modalités selon lesquelles les CAC accompliront leur mission de certification des comptes des sociétés têtes de groupes.Repenser la place des entreprises dans la sociétéLe projet de loi Pacte, qui se propose de réécrire l’article 1833 du code civil, puise sa source dans l’article 83 du projet de loi Macron devenu la loi n° 2015-990 du 6 août 2015, objet d’un amendement rejeté, qui prévoyait déjà l’ajout d’un second alinéa à l’article 1833 du code civil selon lequel toute société « doit être gérée dans le respect de l’intérêt général économique, social et environnemental ». Le nouvel article 1833 proposé s’y apparente en consacrant l’intérêt social, revisité par la référence aux « enjeux sociaux et environnementaux ». L’article 1835, dans sa nouvelle version, introduit la faculté d’insérer « la raison d’être » de la société dans les statuts.●   Consacrer la notion d’intérêt socialLe nouvel article 1833 du code civil dispose : « La société est gérée dans son intérêt social et en prenant en considération les enjeux sociaux et environnementaux de son activité » (Projet de loi, art. 61). Ce faisant, il consacre la notion d’intérêt social, déjà bien connue du droit des sociétés et particulièrement utilisée par la jurisprudence pour encadrer l’action des dirigeants sociaux et définir la faute de gestion susceptible d’engager la responsabilité des dirigeants à l’égard des associés ou de la société ou de justifier leur révocation.L’intérêt social, visé dans la nouvelle lettre de l’article 1833 et intégré aux articles L. 225-35 et L. 225-64 du code de commerce, ne fait l’objet d’aucune définition alors que l’on sait que la notion fait l’objet de différentes acceptions : stricte, en se limitant à l’intérêt des associés, médiane en intégrant la personne morale sous l’angle de la pérennité de la société et à la continuité de son activité ou large, en s’étendant à celui des éventuelles parties prenantes (partenaires, États…). Le remplacement de la notion d’intérêt commun des associés par la référence à l’intérêt social, qui est « une notion floue » que chacun remplit à sa guise, n’est donc que de pure forme.Par ailleurs, reste entière la question des sanctions qui pourraient frapper une société qui ne respecterait pas cette nouvelle règle. La nullité de la société n’est pas prévue puisqu’aucune modification de l’article 1844-10 du code civil n’est envisagée. La nullité des actes pris par les organes sociaux pourrait être avancée et prospérer dès lors que le nouvel alinéa de l’article 1833 du code civil s’analyse en une disposition impérative. C’est surtout en termes de responsabilité des dirigeants qu’il faut penser la règle. Mais, là encore, difficile pour les tiers d’engager la responsabilité personnelle des dirigeants, sauf à établir que la méconnaissance des enjeux environnementaux ou sociaux constitue une faute détachable de leurs fonctions (par exemple, en cas d’infraction pénale). Reste in fine la responsabilité dans les rapports internes, où là les dirigeants pourraient effectivement se voir reprocher par les associés ou actionnaires de ne pas avoir tenu compte dans les décisions prises ou actions entreprises des aspects sociaux et environnementaux.●   Insérer la raison d’être de la société dans les statutsL’article 1835 du code civil prévoit en sa nouvelle version, si celle-ci est adoptée, que les statuts d’une société « peuvent préciser la raison d’être dont la société entend se doter dans la réalisation de son activité ». L’innovation est de taille car la notion de « raison d’être » qui fait son entrée dans le droit commun des sociétés est tout à fait inconnue de la matière. Par son emplacement, le texte a vocation à s’appliquer à toute société, quelle que soit sa forme juridique. Toutefois, ce n’est qu’une faculté que le texte réserve ici aux fondateurs ou aux associés souhaitant l’intégrer aux statuts par un vote en assemblée extraordinaire. Ici aussi, des interrogations demeurent.La première est celle de l’articulation ou du positionnement de la notion avec d’autres notions plus connues du droit des sociétés. A l’évidence, la raison d’être n’a pas à se confondre ou à se substituer à celle d’objet social, par ailleurs consacrée dans d’autres textes du code civil et du code de commerce relatifs aux sociétés. L’objet social permet de définir et circonscrire l’activité de la société. La raison d’être a pour sa part vocation à éclairer sur les raisons de son existence et donc la finalité de celle-ci. Elle ne saurait se confondre non plus avec l’affectio societatis que l’on retrouve à un niveau infra, celui des associés. La seconde est celle du rôle de cette notion, ce qui interroge sur la sanction de l’absence de mention par une société de sa raison d’être. Sans doute constituera-t-elle une boussole pour guider l’action des associés à l’instar de l’objet social qui lui sert de critère d’appréciation des actes des dirigeants, son dépassement étant susceptible d’engager leur responsabilité ou de justifier sa révocation, voire de justifier la nullité lorsque le contractant en avait connaissance (Cass. com., 14 févr. 2018, n° 16-16.013).Reste à suivre si cette nouvelle exigence, qui participe du processus de transformation du modèle sociétaire, scellera le mariage entre société, social et environnement, en somme un Pacte pour l’avenir. u         Projet de loi AN n° 1088, 19 juin 2018 Anne-Françoise Zattara-Gros, Maître de conférences à l’université de La RéunionEdith Dumont, Bulletin d’actualité des greffiers des tribunaux de commerce
Lire la suite

Comme souvent aujourd’hui, tout a commencé à Bruxelles. Par une directive 2015/849 du 20 mai 2015 – la quatrième consacrée à la lutte contre le blanchiment – le Parlement et le Conseil européen ont imposé aux États membres de mettre en place un dispositif d’identification des bénéficiaires effectifs des sociétés et entités juridiques constituées sur leur territoire. Le texte prévoyait que ces informations soient collectées dans un registre central tel que le registre des sociétés.Très vite, le Conseil national des greffiers des tribunaux de commerce s’est rapproché des acteurs européens et nationaux afin de faire du Registre du commerce et des sociétés (RCS) le socle du registre des bénéficiaires effectifs. Déjà fortement impliqués dans la lutte contre les fraudes (tenue du Fichier national des interdits de gérer, partenariat avec TRACFIN, lutte contre les sociétés éphémères…), les greffiers disposaient de l’outil et du savoir-faire idéal pour mener à bien cette mission.Après plus d’un an d’échanges entre le ministère de la justice, le ministère de l’économie et le Conseil national des greffiers des tribunaux de commerce, une ordonnance du 1er décembre 2016 a créé, au sein du code monétaire et financier, une section consacrée au registre des bénéficiaires effectifs dont la tenue était confiée aux greffiers (C. mon. fin., art. L. 561-46 à L. 561-50, créés par Ord. n° 2016-1635, 1er déc. 2016, art. 8) (v. BAG 104, « Les nouveautés de la loi Sapin 2 qui intéressent la profession des greffiers », p. 1).Un décret d’application du 12 juin 2017 a ensuite précisé les modalités de dépôt et le contenu du document relatif au bénéficiaire effectif, ainsi que les conditions de communication du document aux autorités compétentes et entités assujetties à la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme (C. mon. fin., art. R. 561-45 à R. 561-63, créés par D. n° 2017-1094, 12 juin 2017) (v. BAG 110, « Obligations d’information des sociétés non cotées sur leur bénéficiaire effectif », p. 4).Définition du bénéficiaire effectifLe bénéficiaire effectif est défini comme « la ou les personnes physiques, soit qui contrôlent en dernier lieu, directement ou indirectement, le client, soit pour laquelle une opération est exécutée ou une activité exercée » (C. mon. fin., art. L. 561-2-2, mod. par Ord. n° 2016-1635, 1er déc. 2016, art. 2).Dans l’attente de la publication d’un décret précisant la définition et les modalités de détermination du bénéficiaire effectif, il convient de se référer aux dispositions réglementaires actuelles qui prévoient, par exemple pour les sociétés, que le bénéficiaire effectif est « la ou les personnes physiques qui soit détiennent, directement ou indirectement, plus de 25 % du capital ou des droits de vote de la société, soit exercent, par tout autre moyen, un pouvoir de contrôle sur les organes de gestion, d’administration ou de direction de la société ou sur l’assemblée générale de ses associés » (C. mon. fin., art.  R. 561-1, créé par D. n° 2009-1087, 2 sept. 2009).Entités assujetties au registre des bénéficiaires effectifsLe dispositif s’applique à l’ensemble des sociétés et GIE établis en France (à l’exception des sociétés dont les titres sont admis à la négociation sur un marché réglementé), aux succursales françaises de sociétés ayant leur siège à l’étranger, ainsi qu’aux autres personnes morales inscrites au RCS telles que certaines associations (C. mon. fin., art. L. 561-46).Obligations relatives au bénéficiaire effectifD’une part, les entités précitées sont tenues d’obtenir et de conserver des informations exactes et actualisées sur leurs bénéficiaires effectifs, d’autre part, elles doivent déposer au greffe du tribunal de commerce, en annexe au RCS, un document contenant les éléments d’identification de l’entité juridique concernée et du ou des bénéficiaires effectifs ainsi que les modalités du contrôle exercé (C. mon. fin., art. L. 561-46).Modalités de dépôt du document relatif au bénéficiaire effectifL’obligation de dépôt du document relatif au bénéficiaire effectif s’impose pour les entités nouvellement immatriculées à compter du 1er août 2017. Le document doit être déposé au RCS lors de la demande d’immatriculation ou au plus tard dans un délai de 15 jours à compter de la délivrance du récépissé de dépôt de dossier de création d’entreprise (C. mon. fin., art. R. 561-55). Par exception, les entités immatriculées antérieurement au 1er août 2017 disposent d’un délai de régularisation expirant le 1er avril 2018.L’entité est tenue de déposer un nouveau document dans le délai de 30 jours à compter de tout fait ou acte rendant nécessaire la rectification ou le complément des informations mentionnées dans le document précédent (C. mon. fin., art. R. 561-55).Contenu du documentS’agissant de l’entité déclarante, le document doit indiquer sa dénomination ou raison sociale, sa forme juridique, l’adresse de son siège social et, le cas échéant, son numéro unique d’identification complété par la mention RCS suivie du nom de la ville où se trouve le greffe où elle est immatriculée (C. mon. fin., art. R. 561-56).S’agissant du bénéficiaire effectif, doivent être mentionnés les nom, nom d’usage, pseudonyme, prénoms, date et lieu de naissance, nationalité, adresse personnelle de la ou des personnes physiques, ainsi que les modalités du contrôle exercé sur l’entité juridique et la date à laquelle la ou les personnes physiques sont devenues bénéficiaires effectifs (C. mon. fin., art. R. 561-56).Accès aux informations du documentLe registre des bénéficiaires effectifs n’est pas public. L’accès aux informations contenues dans le document relatif au bénéficiaire effectif est restreint aux autorités compétentes dans le cadre de leur mission (autorités judiciaires, cellule de renseignement financier, agents des douanes…), aux personnes assujetties à la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme mentionnées à l’article L. 561-2 (établissements de crédit…) et aux personnes justifiant d’un intérêt légitime et autorisées par le juge commis à la surveillance du RCS (C. mon. fin., art. L. 561-46).Procédure d’injonction de dépôt et sanctions du non-dépôtLe président du tribunal de commerce, d’office ou sur requête du procureur de la République ou de toute personne justifiant y avoir intérêt, peut rendre des ordonnances d’injonction de dépôt du document, éventuellement sous astreinte (C. mon. fin., art. L. 561-48).Le non-respect de l’obligation de dépôt est constitutif d’un délit pénal puni de 6 mois d’emprisonnement et de 7 500 euros d’amende. Les personnes morales encourent également une amende maximum de 37 500 euros et des peines complémentaires (C. mon. fin., art. L. 561-49). Jean Pouradier Duteil, Président du Conseil national des greffiers des tribunaux de commerce
Lire la suite

> Toutes les informations du Greffe du Tribunal de Commerce et des Sociétés de Douai : www.greffe-tc-douai.fr

Et retrouvez aussi

Les liens utiles Accédez

Les téléchargements Accédez

L’annuaire Accédez